Un surveillant de prison islamiste… muté dans un autre service

Un agent pénitentiaire « radicalisé » a été identifié par sa hiérarchie parmi les surveillants des cellules du TGI (tribunal de grande instance) de Paris, célèbre entre tous. Face à la menace que cette situation représentait, l’administration pénitentiaire l’a… muté dans un autre service. Davantage « administratif ».

L’usage de la mutation dans la fonction publique

Ses nouveaux collègues, s’ils l’apprennent, seront sans doute ravis, et ne pourront s’empêcher de penser à Mickaël Harpon.

Non seulement les fonctionnaires ont le privilège d’être intégralement payés sur le denier des contribuables sans gage de productivité ou d’utilité, mais ils bénéficient en plus de « la sécurité de l’emploi ». Un fait bien gênant pour se débarrasser des fauteurs de troubles. Il ne reste alors, en effet, que l’emprisonnement pour les cas graves, ou bien la mutation, en attendant. Il se dit que les enseignants pédophiles étaient ainsi mutés… Aujourd’hui, c’est le cas des titulaires « radicalisés » – lire : « islamistes », et représentant un certain danger, voire un danger certain.

Un déplacement acté par le procureur

C’est le procurer de la République à Paris, Rémy Heitz, qui a décidé la mutation de l’individu, dès lors qu’il a eu connaissance de sa radicalisation. Il faut effectivement éviter à tout prix maintenant un nouvel attentat terroriste à la Mickaël Harpon à Paris ou dans un lieu emblématique, tel que l’était la « souricière » du TGI de la capitale.

L’information, éventée par le journal Le Figaro avant d’être reprise par presque toute la sphère médiatique, n’aura pas spécialement de quoi rassurer les Français qui commencent à se lasser des bergeries infestées de loups.

Mais cela ne fait qu’épouser la réalité : l’État, qui se présentera toujours en protecteur, n’est en réalité qu’un prédateur, par définition, comme l’ont bien démontré de nombreux philosophes et économistes à l’instar de Hans-Hermann Hoppe. Si vous entreteniez encore des illusions à ce sujet, je pense qu’il serait temps pour vous de les abandonner une bonne fois pour toutes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *