Un contrat à Malte éclabousse un conseiller d’Édouard Philippe

Le quotidien du soir Le Monde a publié le 21 octobre 2019 des informations visant à inquiéter Sandro Gozi, conseiller du Premier ministre de la République française Édouard Philippe.

Une position contradictoire ?

Ce qui est reproché par les journalistes à Sandro Gozi, c’est d’avoir signé un contrat de conseil avec le Premier ministre de l’île de Malte, sans en avoir averti son « patron » français, Édouard Philippe, dont il était toujours officiellement le conseiller. Plus exactement, il a rejoint Matignon en tant que chargé de mission Europe pour le cabinet du Premier ministre.

Cette ambivalence dissimulée entre deux gouvernements de deux États souverains différents, quoique en paix, n’est pas pour plaire et soulève de nombreux doutes chez les commentateurs avisés.

Il faut dire que Sandro Gozi a toujours aimé mettre en avant son « approche transnationale » des affaires politiques… Sa carrière l’atteste effectivement, puisqu’il a eu été secrétaire d’État aux Affaires européennes pour le compte de l’Italie.

Consultant : une situation fourre-tout

Officiellement, Sandro Gozi travaille à son compte depuis le mois de juin de l’année 2018. En tant que consultant, il souhaite être amené tout un tas d’institutions, d’organismes et éventuellement de gouvernements.

En outre, Sandro Gozi, ancien homme d’État italien proche de Malte dont il a reçu la médaille de l’Ordre national du mérite, s’est présenté aux élections européennes de mai 2019 en France sur les listes de La République en Marche. Non élu, il pourrait cependant l’être après la répartition des sièges britanniques à l’issue du Brexit. Le Monde suppose donc que son passage à Matignon n’est qu’une phase d’attente jusqu’à la concrétisation de ce fait.

Sandro Gozi incarne ainsi la classe de pouvoir européenne qui ne connaît plus spécialement de frontières. Elle est partout (ou presque) la même et peut changer de pays comme de chemise. Dans l’Union douanière, la politique devient volontiers une affaire économico-professionnelle comme une autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *